browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Australia III: Voir Sydney…et mourir!

Posted by on 7 juin 2013

Sydney nous avait fait une bien mauvaise impression à notre arrivée dans le pays (voir En Toyota Kluger). Nous n’avions donc gardé que quelques jours pour la découvrir avant notre vol pour Darwin et n’étions pas vraiment impatients d’y retourner. L’atmosphère sympathique de Melbourne nous plaisait beaucoup, et on serait bien restés encore quelque temps à flâner autour de Flinders Lane, le long de la Yarra River, ou dans l’un ou l’autre des nombreux parcs que compte la ville de Melbourne.

Mais il y avait quelques bornes à parcourir (sur la carte, la distance entre Melbourne et Sydney a l’air minuscule, mais en réalité, près de 900 kilomètres séparent les deux villes) et surtout, une réservation au Base Backpacker Hostel nous attendait. En effet, après avoir désespérément essayé de nous loger chez l’un de ses contacts à Sydney, Nathan, qui voulait à tout prix ne pas nous voir passer à côté des merveilles de Sydney, où il a vécu et qu’il a tant aimé, nous avait fait la surprise de nous y booker trois nuits.

Nous n’avions donc pas le choix : il fallait reprendre la route !

 

 

 

 

 

 

 

Le camping car Britz que nous avions trouvé en relocation aurait certainement fait notre bonheur en Nouvelle-Zélande ou à Jervis Bay : fully equiped, avec un vrai lit, des draps et des oreillers, une table et des chaises, toute une batterie de cuisine, ustensiles y compris, et même un micro-ondes et une bouilloire électrique, nous pouvions aisément imaginer les agréables soirées que nous y aurions passées dans un Holiday Park à jouer à Carcassone ! Mais pour l’heure, notre maison roulante était dépourvue du seul attrait qui trouvait de l’importance à nos yeux : une bonne tenue de route.

Nous nous faisions l’effet d’un frêle esquif, d’un rafiot dérivant au milieu de la tempête, d’une barque emportée par les flots. A bord de notre bus à impériale, les rafales de vent qui balayaient la région nous déportaient sans cesse, et Chris avait bien du mal à garder le cap.

Après quelques heures de pilotage attentif, nous avons atterri pour notre première pause dans un restoroute des plus classiques en Australie : le géant américain du burger, air-co à fond, wifi gratuit et plaine de jeux avec piscine à boules pour les enfants.

A la table voisine, une famille déjeunait. Les deux enfants, qui devaient avoir 2 et 5 ans, étaient manifestement comme chez eux. Sur la table devant chacun d’eux trônait le contenu d’une maxi-frite dont ils engouffraient des poignées entières avec ravissement. L’aîné devait déjà porter une taille 10 ans, qu’allait-il en être du plus jeune, gavé de patates-ketchup dès l’aube de sa vie ?!

Une fois revigorés par cette cure forcée de carbohydrates, nous avons laissé là les problèmes d’obésité des générations futures, et nous avons repris la route, sous une pluie battante.

Nous aurions dû sans doute prendre notre temps, attendre que les éléments déchainés se calment, et profiter de l’équipement incroyable de notre camping car sur une aire d’autoroute. Mais nous en avions assez ! Nous voulions avancer, avancer pour pouvoir se poser. Le road trip a un temps, et nous l’avions pleinement vécu, mais ce temps était révolu. Nous voulions nous retrouver sur nos deux jambes, en routards classiques, à pied et en bus, sur le plancher des vaches ! Nous étions fatigués de cette vie de bohémiens, il était temps de troquer notre roulotte contre un abri plus stable.

Alors nous avons roulé.

A Goulburn, où nous avions fait halte dans la première partie du voyage (Voir En Toyota Kluger), nous nous sommes posés au parking du I-site et nous nous sommes dirigés, en connaisseurs, vers le Workers Social Club, pour une soirée tranquille, autour d’un bon verre de vin.

Puis, nous avons rejoint notre camping car pour une dernière nuit de nomades avant de reprendre la route dès le lever du jour.

 

 

 

 

 

 

 

A notre arrivée à Sydney, on fait connaissance avec nos compagnons de chambrée : un couple de français en Working Holiday qui vient d’arriver, deux anglais qui finissent leur année de volontariat et s’envolent bientôt pour la Nouvelle-Zélande.

Nous partons à pieds, sans savoir vraiment vers où. Il y a tant de choses à voir, et le temps est compté. Nous décidons de se focaliser sur les essentiels ! Direction Harbour Bridge et l’Opéra House. Séance photo. On assiste, par hasard, à une répétition de petits rats en tutus devant le musée d’art contemporain. Devant l’embarcadère des ferrys, un aborigène joue du dijeridoo. On se promène. On découvre le quartier des affaires, les galeries marchandes, Chinatown.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, on se ballade dans un parc, où quelques joggeurs nous dépassent à petites foulées tandis que des grands oiseaux paressent devant le plan d’eau. On visite une église, et on se rend à la State Library pour profiter de l’internet gratuit. Ensuite, on va vers Darling Harbour, destination le marché aux poissons, qui se révèle bien moins impressionnant que prévu.

Le temps passe vite, dans cette grande ville, à arpenter les grandes artères et les petites places, entre recherche de quelques indispensables qui manquent à Elise et Jo (des patches anti-moustiques et de la panade de riz, introuvables au Timor), exploration des magasins d’art aborigène, passage à la poste pour envoyer quelques cartes postales, brocante pittoresque dans The Rocks, et finalement notre rendez-vous avec Denis dans Kings Cross.

Après avoir eu un peu de mal à se retrouver, on passe ensemble une agréable soirée et Denis nous fait profiter de sa connaissance toute fraîche de Sydney by night ! C’est à regret que nous le quittons et prenons la direction de notre backpacker’s pour une dernière nuit avant notre vol pour Darwin et bientôt, nos retrouvailles avec nos chers Timorés !

 

 

2 Responses to Australia III: Voir Sydney…et mourir!

  1. Florence D

    c’est dingue votre voyage quand même…. L’Australie maintenant!!!!! tssssssss QUELLE AFFAIRE!!!!!! en plus en van de mouizzzzz pffff vous avez tous les arguments :-)
    ENJOYYYYYYYY
    BiZ à vous 2!!!!

    • BelleChris

      Oui, une belle affaire en effet…. Et aujourd’hui (Inchallah) un article qui devrait te plaire également… la première partie du triptyque timorais.

      Pleins de bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>