browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Argentine (Nord-Ouest)

Posted by on 21 avril 2013

Notre séjour prolongé au Pérou et en Bolivie a réduit notre aventure argentine à peau de chagrin. Chagrinés mais pas découragés pour autant, nous croisons la frontière à La Quiaca huit jours avant notre vol pour l’île de Pâques. Et en 8 jours, nous voulons nous offrir un bon souvenir du Nord Ouest argentin, découvrir les tanins des bodegas de Mendoza, traverser la frontière chilienne les yeux rivés sur l’Aconcagua, jeter un regard au large du haut des téléphériques de Valparaiso, et finalement rejoindre l’aéroport de Santiago. Une vraie course contre la montre commence. Des choix cruels, et donc des renoncements, traceront notre route.

Première étape : Tilcara.

A peine sortis du bus, un sentiment s’impose : nous avons changé de monde. Si les Andes dominent toujours le paysage, l’atmosphère qui se dégage de cette petite bourgade s’apparente à l’ambiance festive et décontractée de certaines villes espagnoles. La Bolivie est déjà bien loin ! Les rues sont bondées, des échoppes vendent à même le trottoir des chaussons au fromage et au jambon, des adolescents s’essaient à la guitare ou à la drague, ou aux deux, un groupe intergénérationnel danse sur la place centrale vêtu de t-shirts décrivant leur volonté de perdre du poids et de garder la santé.

Nous peinons à trouver un hostal pour la nuit tant la petit ville est saturée en touristes. Malgré des dizaines d’hôtels, d’hospedajes, d’hostals, d’alojamientos, d’hostels, et de campings, les hébergements affichent complet. Nous atterrissons finalement dans un dortoir confortable. La chance nous a souri. Nous apprenons que le carnaval a déjà débuté. Il dure 4 à 5 semaines et Tilcara est un des lieux en vue pour venir festoyer et assister aux cortèges folkloriques.

Nous avons vite fait de faire le tour des 4 rues de la ville. Un deuxième constat saute aux yeux. Les devantures des magasins ressemblent bien plus aux vitrines de nos villes européennes. A l’exception de Santa Cruz et de Cusco, nous n’avions pas vu de boutiques en deux mois de voyage. Ici, elles se succèdent les unes aux autres. On vend du café en grains dans des silos en verre, joliment disposés et plus du Nescafé par centaines sur des étagères qui montent jusqu’au plafond. Plus de problème de change quand on achète un article à 3 euros avec un billet de 10. Ici, toutes les cartes de crédit sont monnaie courante. Et de toute façon, il n’y a plus rien à 3 euros !

Au niveau de l’offre horeca, c’est également un monde de différence. Au Pérou et en Bolivie, en dehors des établissements tenus par des Occidentaux, on est tout heureux, voire surpris, lorsqu’on trouve une terrasse avec des chaises en plastique. A Tilcara, tout petit village argentin, on ne compte plus les terrasses et leurs sièges en rotin. Les serveurs connaissent les vins qu’ils servent et peuvent en parler. Du coup, on consomme. La bouteille de Torrontes (blanc) convient parfaitement en apéritif ; les brochettes de lama et la salade accompagnent merveilleusement la bouteille de Malbec (rouge), si ce n’est le contraire.

En rentrant à notre hostal cahin-caha, les pensées embrumées dans les vapeurs éthyliques, une nouvelle évidence apparaît : nous allons regretter de ne passer que 6 jours en Argentine ! Notre budget, pas !

Nous émergeons assez tôt le lendemain. Le programme est bien chargé. Après le check-out, on monte dans un bus en direction de Purmamarca, charmante petite localité, connue pour son marché artisanal et sa promenade de 3 kilomètres autour du Cerro de Siete Colores, une petite montagne aux multiples tons. La courte balade est surprenante. La Nature s’est vraiment appliquée pour s’assurer que même le plus piètre des photographes ramène un magnifique panorama à accrocher dans son hall d’entrée. Si le marcheur de midi ne doit pas être sportif, il ne doit pas craindre la soif. Après une petite heure de marche, nous retournons au village en état de liquéfaction et la gorge aussi sèche que le paysage qu’on vient de photographier. La Quilmes grand format nous réactive les glandes salivaires. Nous la dégustons, installés sur une terrasse que jouxte un arbre 8 fois centenaire.

Quatre heures sonnent notre retour à Tilcara où nous nous empressons de récupérer nos backpacks avant de prendre le bus de Salta. Nous arrivons bien après le coucher du soleil dans la capitale régionale. Nous ignorons encore que Salta constituera une de nos plus grosses frustrations. Nous allons y passer 14 heures, dont 8 à dormir. Nous n’allons rien visiter, mais aussi incroyable que cela puisse paraître, Salta est après Cusco la ville que nous avons préférée sur le continent sudaméricain. Salta est un coup de cœur, un sentiment indéfinissable. L’élégance de l’architecture, la gentillesse des personnes croisées, l’atmosphère méditerranéenne de ses terrasses, la visible excellente qualité de vie, tout était au rendez-vous pour une très grande impression. Un flash !

Malheureusement, la course contre le temps se poursuit. On quitte Salta à regrets, direction Cafayate.

Nous avons réservé deux nuits à La Vaca Tranquila, un bed and breakfast créé et tenu par deux Liégeois. Anne et Alain nous accueillent à notre arrivée. Nous découvrons notre magnifique chambre, décorée avec beaucoup de goût puis acceptons l’invitation de nos hôtes à partager l’apéritif autour d’une bonne bière maison. En fait, la Vaca Tranquila, c’est bien plus qu’un bed and breakfast. Les quelques chambres de charme sont apparues récemment. Au départ Alain et Anne ont acheté une grosse ferme. Mais non contents du travail déjà très exigeant que représente la gestion de l’exploitation, ils ont décidé d’y greffer d’autres activités. C’est ainsi qu’après la rénovation du bâtiment principal est née la brasserie. Alain cherchait à développer un produit du terroir. Dans la seconde région viticole du pays (après Mendoza), se lancer dans la production de vin apparaissait à première vue comme une évidence. Mais la vigne met du temps à grandir. Alain décide donc de se renseigner sur les méthodes de production brassicoles. Autodidacte, il s’oriente directement dans l’apprentissage des procédés de bières fortes. Aujourd’hui, il en produit 8 différentes dans sa micro (plus si micro) brasserie.

Si nous avons clairement un coup de cœur pour 3 d’entre elles, il faut avouer qu’elles sont toutes supérieures à ce que l’on peut trouver sur le marché argentin. Les locaux ne s’y trompent pas, et de plus en plus se laissent d’ailleurs tenter par une bonne mousse de chez Alain.

Le lendemain, après un petit déjeuner de rois, Alain et Anne nous déposent à Cafayate. De nombreuses randonnées partent de cette capitale régionale du vin. Nous avions prévu de louer un vélo pour explorer la région et notamment circuler entre les vignes. Mais le soleil tape trop fort et la chaleur nous assomme. On trouve de l’ombre au marché artisanal avant de se poser sur une terrasse. La bella vida. Dans le courant de l’après-midi, nous visitons une bodega, avant de rentrer à la Vaca Tranquila pour profiter de la piscine.

Après près de 48 heures dans la région de Cafayate, nous devons reprendre la route. A midi, nous montons dans un premier bus pour Tucuman où nous arrivons entre chien et loup. On enchaîne avec un bus de nuit pour Mendoza. Au total, 22 heures de bus ! On paie nos retards pris au Pérou et en Bolivie.

Mendoza ne sera qu’une courte escale, mais une escale plaisante, faite d’une belle rencontre. Nous nous installons au Monkey Hostal qui appartient à Luc et Virginia. Comme vous le découvrirez dans la section « belges du monde », Luc a quitté la Belgique il y a quelques années pour s’installer en Amérique du Sud. Le destin l’a amené à poser ses valises dans la capitale du vin argentin. Lors d’une excellente soirée avec le staff du Monkey hostal, on déguste les 8 bières de la Vaca tranquila et quelques autres délices locaux.

Le lendemain nous clôturons notre courte aventure argentine en prenant un bus pour Valparaiso, première de nos 3 étapes chiliennes.

One Response to Argentine (Nord-Ouest)

  1. Florence D

    super super super ces updates!!!!!
    J’adooore suivre votre voyage… ça fait rêver :-)

    Big BiZouX aux globes trotters!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>