browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Guy Vanackeren et Carine Beckers

Carnet d’amis

Noms et prénoms : Vanackeren Guy et Beckers Carine

Âges : 56 ans et 44 ans (1956 et 1968)

Signes astrologiques : Sagittaire ascendant Gémeaux et Vierge ascendant Scorpion

Signe particulier :

Guy : Passionné d’histoire, en particulier l’histoire précolombienne, et l’histoire des relations belgo-péruviennes, le voyage, idéaliste aimant sourire.

Carine : aime, l’histoire, le voyage, les animaux, elle est précise, méticuleuse, carrée, presque maniaque.

Villes d’origine : Bruxelles et Welkenraedt

Résidence actuelle : Miraflores à Lima, Pérou

Films préférés :

Guy : A la poursuite du bonheur, dont il cite une phrase en particulier : « Ne laisse jamais personne te dire que tu ne pourras pas faire ceci ou cela. Accroche toi à tes rêves ».

Musiques préférées :

Guy : On vous souhaite tout le bonheur du monde, Sinsemillia

Carine : très éclectique avec une petite mention pour les musiques de film.

Plats préférés : Pas vraiment. Guy est plutôt viande, et Carine plutôt pâtes.
Guy nous confie – après une longue digression – être encore à la recherche de son plat préféré, qu’il pense peut-être trouver un jour dans l’étude de la gastronomie possible avec les produits connus sous l’empire inca.

Personnes de référence :

Guy : Christian Raveydts, un ami d’enfance passionné de Culture Sioux Lakota qui s’est accroché à son rêve, a rejoint les plaines d’Amérique du Nord et y  a fondé une Tiwahe (une famille) avec une jeune femme Sioux Lakota. Après quelques années, ils sont considérés référence culturelle sioux et de l’art Quillwork (des objets et vêtements traditionnels).

Profession : Agents de voyage

Date de l’expatriation : 1983 pour Guy et 1990 pour Carine

Belgian blues : Pas vraiment, mais ils s’assurent de ne pas manquer de sirop de Liège, chocolat belge et spéculoos. En outre, divers éléments leur permettent de garder le lien : les BD (amenées petit à petit dans la valise au fil des aller-retour, elles occupent deux murs entiers de l’appartement), le JT de TV5, le Belgo-Club et l’UFBE (Union Francophone des Belges à l’Etranger), ainsi que les amis de passage qui leur apportent toujours un petit quelque chose de chez nous.

Atout belge : Le français et la culture européenne, la connaissance des attentes du voyageur européen. A l’époque du terrorisme, le fait d’être étranger (européen) et d’avoir malgré tout décidé de vivre au Pérou rassurait les touristes.
Par ailleurs, Guy, noir, se dit heureux d’être Belge. Au Pérou, être noir et Péruvien pourrait constituer un handicap. En effet, les Péruviens noirs, malgré une légendaire joie de vivre, restent victimes d’un racisme qui se veut discret, mais est bien présent, réminiscence de l’esclavagisme d’antan pourtant aboli officiellement dans le pays en 1854. Les préjugés ont la vie dure…

Leur parcours

Les vocations sont parfois claires et précoces ; les orientations sont plus fortuites.

Sur les bancs de l’école, Guy s’inventait déjà une vie loin de nos contrées. Avec son ami Christian Raveydts, ils théorisaient sur les civilisations passées, les valeurs qu’elles recelaient et rêvaient de croiser le regard des anciens grands de ce monde.

S’il était clair que Christian emprunterait la piste des Sioux, le parcours de Guy était alors loin d’être tracé tant il se passionnait pour diverses civilisations anciennes. Cependant, si la connaissance peut être superficiellement universelle, le savoir quant à lui, doit être spécifique. Un penchant pour les cultures précolombiennes allait donc inéluctablement l’éloigner des sociétés étrusque, égyptienne, byzantine, dravidienne, moghole, et autres.

Mais pourquoi ce penchant ? Et comment va-t-il influencer le tracé de toute une vie ? En 1976, la vingtaine à peine entamée, Guy, son voisin Francis et un autre ami gagnent un concours de la CGER qui leur permet de traverser l’Atlantique et d’atterrir au Pérou avec un billet ouvert. Ce premier voyage atypique à une époque où il est encore peu commun de faire du tourisme dans les Andes résonnera en Guy comme une révélation. Le Pérou regorge de bien plus de richesses qu’il ne l’avait anticipé. Si la civilisation Inca a été depuis longtemps incluse dans les livres d’histoire européens, les civilisations Chavin, Paracas, Nazca, Huari, Chincha, Chimu, Chancas, Mochica sont autant de nouvelles consonances qui tintent joliment aux oreilles de Guy. L’orientation se dessine à présent plus précisément ; Guy s’aventurera donc sur les traces des grandes cités andines d’autrefois.

De retour au pays d’Hergé, le jeune reporter présente une projection de dias pour témoigner de ses aventures. Devant les images du Machu Picchu, Daniel, un spectateur, médusé, interpelle Guy et lui dit qu’il veut y aller. Guy le prend au mot. Le second voyage est sur les rails.

En 1979 Guy et Francis (+Daniel) gagnent une nouvelle fois le concours CGER dans le jury duquel se trouve le fondateur de l’asbl de voyages « Continents insolites ». En 1983, ils appuyent un poste de santé dans les Andes puis s’installent en jungle. En 1984, lors d’un passage en Belgique, le fondateur de Continents Insolites convainc Guy de devenir accompagnateur de voyage pour lui au Pérou.
Ce dernier pose définitivement ses valises dans le pays. En 1989, il y fonde sa propre agence de voyages avec Daniel et s’attelle à parfaire, par ses lectures et par ses pérégrinations, sa connaissance de toutes les facettes de la culture du pays.

En 1990, il est rejoint par Carine, une jeune fille de Welkenraedt, à la recherche d’une expérience hors des sentiers battus. Fascinée par le voyage qu’elle fait dans le pays, organisé par Guy et conduit par Daniel, celle-ci postule pour un emploi dans l’agence de voyage de Guy et Daniel « Aventure Latino Americana® ». Vu le peu d’assurances que Guy peut lui offrir lors de l’entretien d’embauche dans ce pays, qui est alors, malgré sa splendeur,  en plein marasme économique et terroriste, il est persuadé qu’il ne la reverra pas. Et pourtant ! Séduite par l’aventure, et le côté une peu fou de son futur emploi, elle se lance. Elle trouvera, aux côtés de Guy, toute l’antithèse du métro-boulot-dodo qu’elle cherchait à éviter.

Depuis lors, leurs chemins ont convergé et ils cheminent ensemble au gré des innombrables activités de Guy telles que guide touristique, agent de voyage, auteur de livres et de cartes de référence, créateur d’Inka Llacta® le premier archéosite du Pérou (à l’instar d’Aubechies en Belgique), restaurateur, chercheur en solutions énergétiques et alimentaires, fondateur du Belgo-Club (le club des belges du Pérou), délégué de l’Union Francophone des Belges à l’Etranger (UFBE), fait Chevalier et Officier de l’Ordre de la Couronne par Sa Majesté Albert II en 2012, conteur passionnant et passionné de l’histoire de ce pays fascinant, chercheur de ci, chercheur de là et j’en passe.

Soyons honnêtes, notre blog ne peut contenir qu’une partie succincte de notre entretien de 5h avec Guy et Carine. Pour deux raisons évidentes : d’une part, on a trop appris en 5h, et d’autre part, 5h n’étaient assurément pas suffisantes pour parcourir près de 30 ans de passion du Pérou! Merci Guy, merci Carine.

Retrouvez-les sur:
www.perou.net
et www.inkallacta.com

Sur FB Belgo-Club Pérou, UFBE Pérou, Inka LLacta La Cité inca, Guy Vanackeren.

sur Youtube:

Aventura Latino Americana http://www.youtube.com/watch?v=6Lbw3oFkg2w

Inka Llacta La Cité Inca http://www.youtube.com/watch?v=u0SWGmndkJw

Un spectacle http://www.youtube.com/watch?v=v4q6UCNryPA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>